Où la musique et la danse font bon ménage

By | July 16, 2013 at 9:50 am | No comments | Aix-en-Provence Festival 2013, LSO On Tour | Tags:

J’ai déjà mentionné dans un blog précédent qu’une bonne forme physique est nécessaire quand on est musicien. Regardez les chanteurs de nos deux productions ici à Aix: Rod Gilfry, Kyle Ketelsen, ou Arturo Chacon-Cruz: les deux premiers sautent comme des gamins dans leurs arias, et le dernier grimpe dans un filet de cirque étroit dans le dernier acte, pour chanter couché et suspendu à près de dix mètres comme si de rien n’était! Sans parler d’Irina Lungu, sur sa balançoire durant le fameux air de Gilda…

Lors de mes visites au centre ville, souvent les commerçants me demandent si je suis en vacances; quand je réponds que je participe au Festival, non seulement le personnel des magasins mais aussi les autres clients s’exclament comme de concert “Rigoletto!” “Les danseuses-acrobates!”…

C’est vrai que depuis le début de notre séjour, ces huit demoiselles ont suscité un intérêt très mérité. Mon collègue trompettiste Rod me parla d’elles dès le premier soir, connaissant ma passion pour la danse. Rod joue dans la banda de l’arrière-scène du premier acte, et il a l’occasion de les voir de près! “Elles sont superbes!” “Elles dansent si bien!”

À mon tour j’ai fait la connaissance des danseuses, Ophélie De Cesare, Diane Lorenzo, Sydney Perkins Martinie, Erika Rombaldoni, Mélanie Vinchent, Rachel Martin (danseuse et tissuiste); de la danseuse et comédienne Aurore Tomé; et de la tissuiste Anne-Claire Gonnard.

Un groupe de jeunes femmes qui n’ont pas froid aux yeux, talentueuses, inspirantes et pratiquant toutes différentes formes de leur art… Leur force et leur souplesse impressionnent le public, soir après soir. Et elles sont de plus intelligentes, cultivées, disciplinées. Il manque encore quelque chose: elles sont modestes, parlent peu de leurs succès…

L’une d’elle, Sydney, m’invite à m’enrôler dans un stage de danse classique, ici à Aix. Je me retrouve dans un beau studio clair,aux classes de “barre à sol”. L’intervenante est éblouissante d’énergie; son oeil d’aigle repère tout de suite un alignement maladroit, un pied qui ne pointe pas, ou une élève qui ne pousse pas ses limites. En quelques jours, moi qui pensais avoir une bonne forme physique, j’ai l’impression d’avoir grandi de 3 centimètres, et d’avoir des ailes aux pieds!

À Londres, l’orchestre à créé un vaste programme d’éducation musicale, à tous les niveaux. Parfois, j’ai la chance d’enseigner les jeunes futurs professionnels de la Guildhall School, à côté du Barbican où nous résidons. Depuis longtemps déjà, je les embête avec des remarques constantes sur leur position au pupître, et quand je tape dans les mains pour corriger un rythme qui a tendance à galoper, je me dis souvent: “Ohlala,on dirait un prof de ballet…”

Toute musique est issue de la danse. Je partage depuis toujours l’idée que ces deux arts sont indissociables, et que chaque musicien devrait avoir des bases de danse,et les danseurs celles de musique. Prenez une suite de Bach, par exemple, travaillez-la; prenez un cours de danse baroque même de niveau élémentaire, et vous ne rejouerez plus jamais un menuet ou une sarabande de la même façon…

Notre projet pour l’orchestre des jeunes de la Méditerranée, à la fin de notre séjour ici, est le “Roméo et Juliette” de Prokofieff. De jeunes musiciens, de jeunes danseurs, ensembles, beaucoup pour la première fois. Une expérience pour eux, pour vous aussi, notre cher public provençal, inoubliable.

Comments

© 2011 LSO. All rights reserved.
Follow

Get every new post on this blog delivered to your Inbox.

Join other followers: